Une belle com pour la lutte contre le sida

pierre_bergerLa France vit désormais au rythme des affaires, et aaujourd'hui tout devient une affaire. Pour éviter cette tourmente, des artistes devraient tourner le dos à leurs amis en difficulté, un élu "fils de" aurait moins de droit qu'un autre élu de la république, un ministre de la culture et de la communication devrait éviter d'écrire des romans, une faute de jeu au foot deviendrait un acte de délinquance grave...

Aujourd'hui le pouvoir politique, celui qui organise le pays, et le pouvoir économique, celui qui nous permet de vivre, ne pèsent plus rien dans l'opinion face à un pouvoir médiatique abandonné à lui même...un pouvoir médiatique "qui lèche, qui lâche et qui lynche", et qui lynche de plus en plus.

Lynché, Pierre Bergé n'a pas manqué de l'être, suite à la polémique qu'il a lancée le 20 novembre dernier au sujet de la collecte de dons au profit du Téléthon, comparée à d'autres causes.

Cette polémique est une merveilleuse opération de communication dans laquelle chacun s'est engoufré pour mieux la servir, en pensant la dénoncer, ou chacun s'est bêtement dévoyé, pour manifester une désaprobation, seule réaction politiquement correcte possible, pour : être le premier à réagir dans l'urgence, être le premier moralisateur du jour, être le bien pensant le plus réactif de la semaine.

Les commentateurs ont eu beau jeu de taper sur Pierre Bergé pour ses propos, évitant la compréhension de l'intention, refusant toute investigation avant de publier des réactions, avis et commentaires.

Après une semaine de recul, la situation est bien différente, des questions se posent, et la réflexion remplace l'émotion artificielle et évènementielle. Mais n'attendons aucun mea-culpa des dits commentateurs, leur mémoire est aussi limitée que leur déontologie. Les mêmes qui insultaient Pierre Bergé il y a une semaine, finiraient aujourd'hui par le trouver génial.

Oui, Pierre Bergé a provoqué. Il a provoqué le débat. Les plus idiots n'y verront que la provocation. Les autres y voient des questions complexes qui se posent et des réponses à trouver : Est-ce le rôle du service public d'offrir 30 heures de télévision en direct à une cause plutôt qu'à une autre ? Cette question n'induit évidemment aucune réponse. Est-il possible de mener une seule opération médiatique au profit de toutes les associations de recherche médicale ? Cette autre question complexe n'induit elle même aucune réponse...

Par son intervention médiatique, Pierre Bergé, a montré que ses combats comptent plus que son image, que ses engagements valent plus que sa réputation. Il a précisément joué de sa réputation et de son image pour lancer un débat qui prouve que nous avons à faire à un exceptionnel communicant.

Frédéric Fougerat, éditeur de DirComLeBlog

Lutte contre le cancer, Téléthon, Sidaction...donnons !