N'abandonnez pas votre DirCom, vous pourriez encore en avoir besoin

Dans l’entreprise, la direction de la communication a vu son rôle stratégique renforcé grâce à la crise. C’est pourtant également la crise qui pourrait fragiliser le professionnalisme de ce métier, en attribuant sa direction à divers services. À qui profiterait le crime ? Pas à l’entreprise assurément !

On entend dire que de grands groupes réfléchiraient à supprimer la fonction de directeur ou directrice de la communication. D’autres se sont déjà exécutés ou plutôt ont déjà exécuté la fonction ! À l’ère de l’hypercommunication, de la toute-puissance des chaînes infos et des réseaux sociaux, on y verra une décision éminemment risquée, voire une erreur fondamentale de jugement et de vision, mais aussi malheureusement une démonstration supplémentaire de l’ignorance du fait que la communication est un métier, demandant des compétences qui ne tombent pas du ciel !

S’il est légitime de chercher à faire des économies en période de récession, imaginer réduire ses coûts en supprimant une fonction plus clé que jamais dans les organisations, notamment en cas de crise, laisse perplexe. Pourtant, certains se demandent pourquoi conserver un ou une DirCom, alors qu’il suffirait de placer la communication interne à la direction des ressources humaines, la communication financière à la direction financière, la communication commerciale au marketing, et pourquoi pas toute la communication corporate auprès d’un secrétariat général ou d’une direction juridique. Dans ce cas, envisageons de placer les RH, la finance ou le juridique au sein de la direction de la communication ! En quoi cela serait-il plus absurde ? ...

Lire l'intégralité de la tribune de Frédéric Fougerat dans les pages Opinion des Echos