Livres et brochures...histoire de reliures

Les finitions d'un ouvrage imprimé sont parfois révélatrices de sa position hiérarchique en tant qu'objet.

Dans l'estime de l'éditeur et/ou de l'imprimeur, l'appartenance, du livre ou de la brochure, à une collection particulière se traduit par le choix d'une reliure comme signe distinctif et identitaire. Plus prosaïquement et pour des questions budgétaires, la reliure peut s'avérer comme une simple étape obligatoire à sa naissance de l'ouvrage.

Liées et assemblées, les feuilles préviennent de la dégradation d'un recueil, favorisent ou non son usage fréquent et lui offre une esthétique plus ou moins séduisante voire une valeur marchande supplémentaire.

Pratique artisanale, la reliure s'est érigée en art et certains bibliophiphes demeurent toujours à l'affût de l'exemplaire à la rareté exceptionnelle. Zoom sur les différents types de reliures :

La reliure traditionnelle cousue - dite "à la française" - connue son apogée aux XVIIIeme et XIXeme siècles.

La reliure traditionnelle en Extrême-Orient - dite "à la chinoise" ou "à la japonaise" - s'effectue sans colle. Deux feuille épaisse "enveloppent" des pages intérieures - deux plats dessus/dessous peuvent aussi être une alternative - et un ruban (ou fil) vient les enserrer grâce à des trous.

La reliure emboîtée - dite "reliure à la Bradel" - se présente avec un dos brisé généralement lisse et non collé aux cahiers. Le cuir -trop rigide - est remplacé par du papier ou de la toile. Ses goutières profondes - aux charnières - sont caractéristiques. Plus rapide à fabriquer et plus économique, cette reliure connut un vif succès au XiXeme siècle.

La reliure moderne permet toutes les combinaisons autour de Bradel (papier, toile, cuir, pleins, à coins, à bande...) et convient aux livres peu épais (légers) et à un usage peu fréquent.

La reliure contemporaine - véritablement esthétique - répond aux formats d'exception. Elle permet aussi de relier des livres enboîtés-collés en carnets ou pages volantes. On distingue les reliures à coutures apparentes, à deux aiguillées, à la japonaise, à plats rapportés avec couture apparente, etc.

La reliure industrielle, quand à elle, utilise des matériaux et des méthodes différentes de la reliure manuelle.

Source : Koch A2 & Vous N° 10