Médias sociaux : conflit entre les seniors et la génération Y ?

Avec le départ en retraite des générations de l’après deuxième guerre mondiale, les entreprises connaissent des altérations avec une évolution des pyramides des âges.

L’arrivée de la Génération Y, née entre 1978 et 1994, sur le marché du travail modifie l’organisation des entreprises à tous les échelons  notamment celui de la communication.

Très tôt doté d’outils de communication avec des accès à diverses sources d’information, elle a appris à cultiver sa capacités d’adaptation.

Réalistes, initiés à l’échange et au partage, les jeunes issus de la génération Y ont une vision de l’environnement professionnel et de la culture d’entreprise différente des générations précédentes.

Habituée à être constamment connectée à accéder à l’information à la vitesse grand V, la génération Y accorde une importance particulière aux capacités de chaque collaborateur et au fait de créer du lien social par le biais de réseaux sociaux professionnels internes ou non à l’entreprise. Même si elle reconnait le savoir faire des collaborateurs plus âgés, la génération Y souhaite être intégrée au développement des différentes actions menées et de constater le résultat de son action. Sa sensibilité à l’égard des réseaux sociaux permet de mettre en avant la valeur ajoutée qu’elle apporte à l’entreprise d’où sa revendication de la gestion de l’information dans le but d’optimiser son travail.

De ce fait, dans ce contexte d’une société en mutation constante ou la culture d’entreprise reste normée et hiérarchisée, l’arrivée du web 2 .0 et les médias sociaux entrainent des bouleversements dans l’environnement professionnel. C’est la naissance du conflit inter générationnel. La barrière entre l’univers professionnel  et privé est décloisonnée et ouverte sur le virtuel. L’entreprise nouvelle version se transforme en un lieu d’échange social ou le communautarisme s’installe.  La relation de travail hiérarchique disparait au détriment du travail en réseau. C’est l’entreprise version 2.0.

Ils s’appellent « Socialtext », « YoolinkPro », « Jive SBS » ou encore « Seem » et sont devenus en l’espace de quatre années des nouveaux acteurs incontournables en terme de communication au sein des entreprises. Les réseaux sociaux d’entreprise tout comme l’intranet, la newsletter est un outil de communication en plein essor. A la différence des outils traditionnels qui sont créés par les équipes de la communication, eux sont participatifs. Accessibles à tous les collaborateurs, ils permettent une communication publique. Le salarié n’est plus anonyme vis-à-vis de ses collègues. Les réseaux sociaux d’entreprise offrent une ouverture simplifiée à l’échange entre les différents salariés. L’objectif des réseaux sociaux d’entreprise est donc  d’optimiser l’échange verbal afin de rassembler. Ces réseaux sociaux d’entreprise représentent d’une part une nouvelle forme de management et de communication et d’autre part un créateur de liens qui allient l’humain et le professionnalisme.

De là, est apparu un nouveau métier : Community manager ou Consultant en nouveau média, métier dont les entreprises ne peuvent plus se passer aujourd’hui.

Face à ces évolutions et à ces nouvelles professions, existe-t-il un réel conflit de génération entre les séniors et les Y ? L’arrivée des réseaux sociaux d’entreprise ne représentent ils pas uniquement la peur du changement, la modification des habitudes, l’absence d’une certaine confiance vis-à-vis de l’information et sa circulation ou encore la peur d’une privation de hiérarchie ?                                                                                                                                                  

Une chose est sure, d’après un sondage réalisé par Ipsos pour le groupe Cesi, les chefs d'entreprise de plus de 500 salariés plébiscitent la génération Y qu’ils considèrent comme plus enthousiaste à 44%, plus polyvalente à 46% et plus efficace à 36%.

Moustapha Baidy SOW